Colloque « Trésors de l’œuvrement »

Trésors de l’œuvrement : la pratique artistique comme mode de vie et manière de réfléchir le monde

Colloque universitaire organisé par Les ateliers de l’œuvre à faire

Jeudi et vendredi, 7 et 8 mai 2020 | Université du Québec à Rimouski – Campus de Lévis (région de Québec)

APPEL DE PROPOSITIONS

communications • ateliers

Date limite du dépôt des propositions: Vendredi, 1er novembre 2019

Il se passe quelque chose dans la pratique artistique – dans le fait de faire et de vivre l’œuvre – qui ne se passe nulle part ailleurs. La pratique artistique est une forme d’expérience augmentée, engageant l’Être de l’artiste dans une interaction créatrice avec la matière et le monde – monde extérieur et intérieur, monde des êtres sentants et des êtres imaginaires. Cette expérience nous semble d’un intérêt aussi crucial que profond, révélant les pouvoirs du faire artistique comme mode de connaissance et de création sociale, comme mode relationnel et comme mode de révélation, d’incantation et d’actualisation. Tout ce qui amène l’œuvre à l’existence constitue un laboratoire unique et agissant sur la condition humaine.

Collectivement, nous avons peu exploré l’œuvrer de l’art, cet ensemble de pensées, d’intentions, de gestes, de matières, de notes, de brouillons et d’esquisses, qui est pourtant le premier creuset de la vie intime du créateur, et jusqu’aux cultures humaines. Ainsi, l’expérience de l’artiste (dans son atelier, sur le terrain, dans ses échanges) recèle des informations et des exemples inexplorés pour le savoir, le savoir être et le savoir vivre. En partageant récits de pratique, recherches-créations ou méditations philosophiques, nous souhaitons approfondir notre connaissance de cet agir créateur intersubjectif, existentiel, humaniste et éthique qu’est l’œuvrement artistique.

Des siècles d’une histoire de l’art centrée autour de l’œuvre comme finalité absolue de l’art n’ont pas facilité les rencontres et les échanges autour de l’œuvrement, ou le faire artistique. On a aussi laissé entendre que rien de ce qui, en amont, a amené l’œuvre à l’existence ne doit avoir d’incidence sur notre appréciation : l’œuvre doit parler pour elle-même, disait-on. Aujourd’hui, par contre, ce matériau réflexif est de plus en plus inséparable de l’objet-œuvre, et les récepteurs sont curieux. C’est au point où la pratique artistique elle-même, avec son discours, semble vouloir s’établir comme une forme d’art à part entière. Se pose alors la question des modalités susceptibles de porter cette œuvre d’un type nouveau, avec son potentiel dialogique. Il y a en effet, dans tout ce qui amène l’œuvre à l’existence, de véritables secrets d’humanité, mais encore faut-il les explorer et les communiquer : quelles méthodologies, quelles stratégies narratives? Comment livrer l’essence de ce qui nous semble si insaisissable par moments?

*       *       *

Cette invitation s’adresse à tous les praticiens en art, les chercheurs et les chercheurs-créateurs, bref à tous ceux et celles qui, au sein des universités ou dans les lieux artistiques, réfléchissent aux questions que nous posons ici. Nous interrogeons les processus intersubjectifs et les éléments philosophiques, poétiques, intimes, sensibles, symboliques, politiques ou éthiques qui inspirent et conditionnent nos projets. Dans un esprit d’exploration des dimensions humaines de l’art qui n’est ni seulement anthropologique ni seulement poétique, ni seulement psychanalytique, ni seulement philosophique, ni seulement formel ou esthétique, mais tout cela à la fois, nous proposons quatre volets de réflexion :

  1. L’art dans la vie (conditions et contextes de nos créations, intersubjectivité du processus, dimensions politiques, sociales, éthiques) ;
  2. L’art et la vie intérieure (art et conscience, art et spiritualité, figures de l’intériorité, la création comme relation à soi) ;
  3. Penser sur / avec / par l’art (l’art comme mode de connaissance, articulation entre action et réflexion, la pensée de l’artiste, la pensée du récepteur) ;
  4. Dialogues avec la matière (pensée matérielle, recherche par la matière, éthos du métier).

Envoyez votre proposition de communication ou d’atelier avant le 1er novembre 2019 à colloque.oeuvrement [à] gmail.com.

Elle doit comprendre un titre provisoire, un aperçu de 200 mots, une note biographique de 100 mots et vos coordonnées (nom, lieu d’attache, numéro de téléphone et courriel). Les réponses seront transmises avant le 1er décembre 2019.

Pour plus d’information, contacter :

Danielle Boutet, MFA, Ph. D., professeure, Département de psychosociologie, Université du Québec à Rimouski

Cet événement est gratuit et ouvert à tous. Si vous souhaitez participer au colloque en tant qu’auditeur, vous nous obligeriez en nous informant de votre présence.