Les ateliers de l’œuvre à faire

« Les ateliers de l’œuvre à faire » est un collectif de recherche associé à l’Université du Québec à Rimouski, regroupant cinq artistes intervenant dans le programme court de 2e cycle en étude de la pratique artistique.

Nous avons choisi le terme ateliers pour souligner l’aspect pratique et systématique de nos recherches et réflexions sur l’ensemble du processus de création ; et l’œuvre à faire pour évoquer l’ensemble de la dynamique créatrice.[1] Nous sommes réunies autour de la conviction que l’œuvre n’est pas seulement un objet esthétique, elle est aussi un objet épistémique. Nous travaillons pour rendre plus explicites (et donc plus communicables) la connaissance, les idées et les révélations qui émanent des œuvres.

  • Suzanne Boisvert, artiste en communauté, metteure en scène, chargée de cours au département de psychosociologie et travail social
  • Danielle Boutet, Ph. D., artiste interdisciplinaire et compositeure de musique, chercheure en recherche-création, professeure au département de psychosociologie et travail social
  • Virginie Chrétien, artiste interdisciplinaire, chargée de cours au programme de 2e cycle en étude de la pratique artistique
  • Louise Gauthier, Ph. D., artiste, sociologue de l’art, spécialiste en édition
  • Diane Laurier, Ph. D., artiste, sommité québécoise en recherche-création, coauteure de Tactiques insolites[2], consultante à l’Université Laval, professeure retraitée de l’UQAC, chargée de cours au programme de 2e cycle en étude de la pratique artistique

Les ateliers de l’œuvre à faire sont liés aux programmes en étude des pratiques (pratique artistique et pratiques psychosociales) du Département de psychosociologie et travail social de l’UQAR. Ils réunissent des artistes chercheures dans des espaces communs de réflexion et d’échanges sur la pratique artistique. Nous privilégions les méthodes réflexives et phénoménologiques de la recherche qualitative : recherche-création, art-based research, observation participante (revisitée), autoethnographie et autoethnographie visuelle, recherche participative, narrativité, récit de création, récit de pratique, autobiographie.

L’une de nos premières activités publiques sera un colloque national et international en mai 2020 (voir l’appel à contributions).

*

[1] Cette expression désormais historique trouve son origine dans le texte fondateur du grand philosophe français de l’art, Étienne Souriau, « Du mode d’existence de l’œuvre à faire », dans Les différents modes d’existence, suivi de « De l’œuvre à faire » (Paris : PUF, 2009). Aussi : Léon Bernier et Isabelle Perrault, L’artiste et l’œuvre à faire, coll. La pratique de l’art (Québec : Institut québécois de recherche sur la culture, 1985).

[2] Diane Laurier et Pierre Gosselin, dir., Tactiques insolites : vers une méthodologie de recherche en pratique artistique (Montréal : Guérin éditeur, 2004). Tactiques insolites est l’un des premiers livres au Québec portant sur la méthodologie de recherche en recherche-création.